Nos actualités » Le Clos du lavoir inauguré

Le Clos du lavoir inauguré


Le 10 avril 2019 nous avons inauguré le Clos du Lavoir à Longpont sur Orge en présence d’un grand
nombre de personnes et d’élus.
Le Sous Préfet, le Vice Président de la Région, le Maire de Longpont, les représentants de la DDTE, de la DDCS, du Conseil Général, de la Fondation Abbé Pierre-Solifap, et de la FAPIL avaient répondu à notre invitation.
Extrait du discours de Roland Franquemagne :
Alors maintenant, je vais vous parler de ce site. L’histoire commence en octobre 2014 lorsque nous signons une promesse de vente avec l’ Evêché de Paris. Nous bouclons le financement avec une subvention accordée par le conseil municipal dont Alain Lamour était le premier le adjoint. Au moment de signer l’acte définitif une nouvelle équipe municipale annule cette subvention rendant ainsi le projet caduque. Nous nous tournons alors vers  SOLIFAP émanation de la fondation Abbé Pierre et dont l’objet principal est d’acquérir du foncier pour le mettre à disposition de structures comme la notre à travers un bail à réhabilitation que nous signons en mars 2017.
Le premier coup de pioche est donné un mois plus tard et les premiers résidents arrivent en novembre 2018.
Concrètement il s’agit de 15 logements d’insertion PLAI allant du T1 au T4 avec des loyers de 6 € par m² et des charges minimisées puisque ces logements entrent dans le projet PLAI adaptés. Intégré aux bâtiment un bureau destiné aux travailleurs sociaux permet de recevoir les familles sur place.
Il s’agit aussi d’une pension de famille de 15 logements qui accueille 15 personnes seules venues d’horizons différents. Un hôte, ici c’est Sandrine assure une présence et une veille quotidienne ainsi que l’animation de la vie collective et l’interface avec les services de droit commun. Et pour m’être invité quelques fois à des repas collectifs je peux dire qu’il règne une convivialité et une bienveillance qui sont réjouissantes.
 
Vue aérienne 
 
 
Cour intérieure
 
 
 
Le président à pris la parôle 
 
 
 

On parle de nous dans le Parisien